Laura CHAXEL, psychomotricienne au Normandy, nous partage son expérience :

Nous utilisons le Vibramoov au centre de rééducation MPR, au sein du service neurologie. Nous n’avons pas encore mis en place de protocole défini, et expérimentons encore les différents modes et applications en fonction des pathologies de nos patients : SEP, AVC, tétraplégie, paraplégie, Guillain Barré, etc…

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Par exemple, pour un cas de SEP, nous pouvons l’utiliser en mode hypertonie pour diminuer la spasticité et les douleurs liées. Dans le cas d’un Guillain Barré, il s’agira de stimuler les aires corticales motrices des membres inférieurs afin d’aider le patient à recouvrer des sensations et améliorer son schéma de marche.

Nous proposons des séances de Vibramoov de 20 à 30 min en moyenne plus de 3 fois par semaine et par patient. En général les patients éprouvent un sentiment de confort et ressentent une efficacité de travail pendant les séances Vibramoov.

Complémentaire des autres pratiques, le Vibramoov présente l’avantage d’être accessible à tous les patients, libres de faire ou non les mouvements sans contraintes. La stimulation sensorielle centrale permet une réponse motrice du patient et l’intégration du schéma corporel. On constate une autonomisation rapide du patient.

Enfin, pour permettre une adhésion encore plus totale du patient, nous suggérons que l’interface utilisateur propose un personnage féminin, et qu’elle laisse choisir les mouvements de l’avatar en miroir ou en réversibilité pour les patients ayant des troubles du schéma corporel et de la latéralité.

Share This